Quand la colère devient ingérable

Un enfant qui se met en colère, c’est une situation qui est relativement courante. Si vous êtes parents, vous avez à priori déjà traversé plusieurs périodes pendant lesquelles votre enfant s’est mis en colère.

Souvent diabolisée, la colère est une émotion normale. Et je voudrais insister là dessus car quand on est en colère c’est qu’il y a quelque chose qui ne nous convient pas. C’est donc une manière d’exprimer notre état émotionnel et vouloir la réfréner à tout prix serait contre productif.

Quand on est en colère, il n’y a pas 50 explications:

  • soit on a été empêché de faire quelque chose
  • soit notre échelle de valeurs a été touchée (quand on vit une situation injuste par exemple)

Quand votre enfant est en colère, il exprime l’état d’intérieur qu’il est en train de vivre. Et ça peut être hyper déstabilisant pour les parents.

La réaction classique est de se fâcher, de punir, de menacer. Isabelle Filliozat, dans son livre Il me cherche – Comprendre ce qui se passe dans son cerveau entre 6 et 11 ans, explique: “Exacerbée, inadaptée, violente, l’attitude de l’enfant n’est pas un problème mais une réaction à un problème. C’est une réponse liée à une situation qu’il ne sait pas résoudre, à une frustration affective ou à une surcharge émotionnelle.

Pour l’aider à se sentir mieux, à agir autrement, il va d’abord l’aider à calmer son stress. Contrairement à ce qu’on imagine ou à ce qu’on aurait tendance à faire (se fâcher, menacer,…) On va proposer à l’enfant de lui faire câlin, on peut le prendre dans les bras ou, si ce n’est pas possible lorsqu’il est en crise, lui dire qu’on voit bien qu’il est très en colère et qu’on aimerait l’aider à se sentir mieux. Qu’il peut prendre son temps pour se calmer du moment qu’il ne se fait pas mal ou à mal à d’autres.

Ok, mais quand la colère revient régulièrement, comment l’aider?

Quand l’enfant est plus calme, le mm jour ou quelques jours plus tard, à distance de l’évènement, on va pouvoir prendre le temps de lui en reparler.

Demandez lui de se rappeler la dernière fois qu’il était en colère. Vous pouvez l’aider avec des descriptions, des évocations de ce que vous faisiez à ce moment là… Quand il s’en souvient, demandez lui à quel endroit de son corps est ce qu’il ressent sa colère.

Et vous allez ainsi pouvoir l’aider à transformer sa colère. Comment concrètement? C’est ce que je vous explique ici 🙂 Bonne écoute

Cliquez ici pour télécharger le contenu

 

Partagez si vous aimez
  • 24
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Catégories : Émotionsenfants

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *